Un cunni à l’heure du thé !

Pour fêter un week end, ou pour toute autre occasion, ou juste pour rien, je propose à toutes celles qui ont un compagnon soumis sous la main de vous offrir un petit plaisir, avec les raffinements que je vais vous détailler, dont j’ai l’habitude d’abuser le moment venu.

Mais toutes les femmes dont le mari n’est pas (encore) soumis peuvent s’en inspirer ! Et les hommes qui veulent montrer leur bonne volonté (et leur bonne langue) peuvent l’offrir à leur compagne pour proposer leur soumission. Quelle meilleur moyen de convaincre votre femme de l’intérêt de prendre le pouvoir à la maison ?

Voici ce que je vais faire une fois que nous serons en tête à tête, en espérant que ce soit l’heure du thé (ça tombe bien, vous allez comprendre).

Tout d’abord, je serai habillée de façon faussement sexy, moitié bcbg, moitié sexy, comme j’en ai l’habitude. Le genre veste qui s’entrouvre, et que je referme lentement. En dessous, par contre, très grande lingerie, gris souris, avec un porte-jarretelles. La jupe sera portefeuille, longue et assez moulante. Je sais que parmi les messieurs, les experts savent deviner la présence d’un porte-jarretelles avec les petits reliefs des accroches. J’ai déjà eu des petites remarques plutôt sympathiques, en forme de compliments. Et bien sur, ça met un peu mon mari sur les nerfs.

C’est donc dans cette tenue que je vais confortablement m’installer dans Mon fauteuil, pour que mon mari me fasse le cunnilingus du soir. A coté de moi, sur une table, un cendrier, mes cigarettes, une tasse, un pot de thé isotherme, un bol empli de glaçons, mon smartphone. Si possible, je le veux nu, quitte à le flatter sur son « corps magnifique » ^^

J’aime particulièrement être habillée, et lui nu, quand il me fait une gâterie. Plus jeune, mais déjà féministe, je réagissais mal aux photos de fellations ou la femme est nue et l’homme habillé, en costume, ne sortant que son sexe. Je fais pareil à présent. Non pas par vengeance, mais parce que j’ai compris que cela induit un rapport de domination. Mon mari le ressent, et dans les échanges, j’ai compris que nous sommes nombreuses à le faire, d’instinct ou par technique.

Il vient donc se mettre à genoux, et me regarde écarter les pans de ma jupe portefeuille. Il admire les dessous, tout en comprenant que ce sera ma tenue de la soirée, et que ce n’est pas pour lui, sauf s’il le mérite. Sinon il sera réduit au rôle d’apéritif. Mais quel apéritif ! D’abord parce que c’est mon mari, l’homme de ma vie, et parce que j’ai préparé les accompagnements ^^

bouche-languePuis je lui demande de se mettre en place, et j’écarte la culotte sur le coté pour libérer mon sexe. Dans ce cas, il doit se placer devant mon sexe, à 1 cm, sa bouche juste devant, la langue sortie. Je vous recommande cette posture. Il est ridicule, c’est vrai, mais cela le met « aux ordres ». Me sucer est une récompense, il doit attendre mon signal. Il doit me regarder, même si je ne le regarde pas. Je peux faire durer ce moment, prendre des photos, fumer une cigarette. Vous allez dire que je suis perverse, mais j’adore ces moments là, le moment de domination, quand ce n’est pas si drôle pour lui, et que le fait de faire durer écrase lentement sa résistance. Du coup, le moment de me sucer devient une sorte de libération.

Je prends ma voix la plus rauque, et j’ordonne : Suce moi !
Je lui ai appris à s’améliorer. Peut être que vous n’avez pas osé le faire ? Pas osé suggérer des changements de cadence ? des alternances ? des endroits ? Il faut le faire les amies ! Profitez en !
Il me suce donc, comme je lui ai appris. Mais soudain je lui dis Stop ! Et il se remet en position d’attente. Quel bonheur que cette rupture, quand on a le pouvoir que cela reprenne à tout moment, juste sur ordre. Je lui caresse la nuque, je l’embrasse chaudement, et je lui annonce que c’est l’heure du thé.

179507__cup-of-tea-lemon-cinnamon-tea_pIl est très chaud, mais pas au point de se brûler. Je lui en sers une tasse, et je le fais boire. Il connaît l’exercice : il garde la boisson chaude dans sa bouche longtemps avant de l’avaler. La gorgée d’après encore plus longtemps. Encore une ou deux fois et il est prêt ! Je lui ordonne immédiatement de me sucer. Sa langue est délicieusement chaude, les sensations sont décuplée, en particulier s’il plaque bien sa langue, avec des mouvements lents.

Je lui ordonne un nouvel arrêt, et cette fois, je lui enfourne un gros glaçon dans chaque joue, comme un hamster. Et je le remets au travail, cette fois en mode « langue pointue et agile ». C’est plus curieux comme sensation, il y a une sorte de mélange de chaud et de froid, c’est pour les amatrices de sensations fortes et contrastée, mais j’adore. Attention juste qu’il ne se fasse pas mal avec les glaçons, il faut qu’il puisse alerter au cas où et ne pas faire durer plus d’une ou 2 minutes.

glaconEnsuite je repasse au thé, c’est trop bon. Et puis je le laisse me « finir » à sa façon, en prenant mon temps. C’est aussi une façon de dominer, prendre son temps. Habituée depuis toujours à « faire honneur » aux gâteries en se dépêchant de jouir, il m’a fallu du temps pour apprendre à faire l’inverse. Prendre son temps, pour que celui qui suce, et qui n’a pas le droit d’arrêter, ni de baisser en intensité, sente bien qu’il est à merci, à disposition, corvéable, soumis, sous contrôle. Dans la dernière ligne droite, je me détourne et me laisse aller, mais avant je le regarde faire, je me déplace un peu pour le voir se remettre, je fume, je le prends en photo. Il m’arrive aussi de mettre mes doigts pour me caresser en même temps, ça le vexe.

Le pire que j’aie fait une fois est d’avoir répondu au téléphone. J’avais vu que c’était mon banquier. J’étais en train de mettre au point les comptes pour qu’il soit bien sous mon contrôle financier. Du coup, j’avais répondu. Il m’annonçait que tout était bien en place pour les comptes, et comme il avait compris que mes demandes etaient un peu orientées …  il me proposait une invitation à déjeuner. Mon mari l’a compris, et quand j’ai finalement accepté l’invitation, mon mari me suçant, voyant son regard paniqué,  j’ai eu un orgasme assez inouï et brusque. Il ne s’en est pas encore remis je crois, on avait frôlé ses limites, un peu involontairement.

Pour fêter le prochain week end, on restera entre nous, mais il y aura le thé et les glaçons. Le vrai danger, car il y en a toujours un, c’est que les amis sonnent pour venir nous chercher avant que je n’aie joui. Car il le sait, quand on m’a chauffée, il faut que ça aille jusqu’au bout. Il sera donc sous tension et donnera le meilleur de lui-même. Et j’aime ça !

3 thoughts on “Un cunni à l’heure du thé !

  1. Très beau récit chère collègue
    Je suis comme vous
    J’ai mon soumis qui est très doué avec sa langue
    J’adore il me donne de bon orgasmes
    Jai consacré beaucoup de temps a son dressage
    Maintenant c’est un régale
    Izabelle

    1. Deux beaux messages ….
      Merci à vous mesdames ;).
      Belle journée à vous et que l année 2018 soit inspirante pour vous et que moindres désirs dominants se réalisent .
      Bien. À vous.
      Et humblement à vos divins pieds.
      Jerome

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *